Christian Retoré : Sémantique du langage naturel en théorie des types

Mercredi 14 novembre 2012, 15h30, salle E323, LIRMM

Christian Retoré, Université Bordeaux 1 et LaBRI en délégation CNRS à l'IRIT

Titre : Sémantique du langage naturel en théorie des types

Résumé :Dans cet exposé, j'essaierai de vous montrer comment la théorie des types, et plus particulièrement le lambda calcul typé du second ordre, fournit un cadre général pour la sémantique du langage naturel. L'exposé se veut accessible au plus grand nombre et je rappellerai à cet effet les bases logiques d'une telle approche --- cependant une certaine familiarité avec la programmation fonctionnelle typée pourra aider.
Nous proposons une sémantique compositionnelle qui calcule la ou les formules logiques associées au sens d'une phrase à partir d'un lexique et de la structure syntaxique. On utilise un système de types plus riche (le lambda calcul du second ordre) que celui initialement utilisé par Church-Montague (le lambda calcul simplement typé), et la donnée dans le lexique de transformations optionnelles le lexique comporte pour certains mots des des lambda termes dont l'utilisation est optionnelle permettant de rendre compte de la variation en contexte du sens lexical. Ce travail développé avec Ch. Bassac, B. Mery, R. Moot, L. Prévot,... est à rapprocher de certains travaux de Asher, Luo et Soloviev.
Du point de vue de la sémantique lexicale, on peut rendre compte, de la référence à une facette du sens d'un mot, et de la prédication sur diverses facettes du sens d'un même mot
"Washington borde le Potomac."
"Washington a déclaré la guerre à l'Irak."
???"Washington borde le Potomac et a déclaré la guerre à l'Irak."
On peut même rendre compte de glissement de sens plus complexes encore, comme le voyageur virtuel (fictive motion).
- "La route descend pendant deux heures." (qui en raison de complément de temps nécessite d'imaginer un individu qui emprunte la route mais n'existe pas forcément)
Du point de vue de la sémantique compositionnelle, on peut calculer les formes logiques d'énoncés comportant
- des quantifications généralisées,
"Les anglais aiment la France." -- dont un des sens est "la plupart des ..."
- des pluriels,
"Les bleus ont perdu." (collectif)
"Les bleus ont moins de trente ans." (distributif)).
Je conclurai par quelques les questions ouvertes par ce travail, dont certaines sont en rapport avec les travaux développés au LIRMM:
- quelle notion de sous-typage est à la fois adaptée au système de types et à son utilisation linguistique?
- quels sont les types de bases, quelles sont les les glissements de sens naturels? peut-on les acquérir? (le réseau lexical de M. Lafourcade peut sans doute aider)
- peut on combiner cette approche logique avec la sémantique vectorielle? (il a déjà des travaux en ce sens de A. Preller et V. Prince)
- quel est le lien entre le typage (irréfutable comme l'est une présupposition) et la logique dans laquelle on exprime la sémantique par des propositions (dont l'interprétation peut être vraie ou fausse)?

Calendrier

Télécharger cet événement

Dernière mise à jour le 19/06/2013