Bandeau Top Site

Une découverte conjointe CNRS/CIRAD : l'écorce un muscle insoupçonné support de la verticalité des végétaux.

L'étude publiée le 4 août 2018 dans la revue New Phytologist montre que le porte verticale des plantes n’est pas que le résultat de l’action de forces internes du bois pour lutter contre l’effet de la gravité, l’écorce a également un rôle important. Les études expérimentales ont, en effet, montré que pour certaines espèces l’écorce pouvait agir comme un muscle, sur les neuf espèces étudiées cinq ont montré cette capacité.

Les plantes comme les Hommes ont dû, au cours de leur évolution développer des capacités pour compenser l’effet de la gravité. Les plantes ont mis en place un double système qui permet d’une par une croissance verticale avec la fabrication d’un tronc rigide, et d’autre part un système possédant un rôle moteur qui permet le contrôle de la posture. Afin de comprendre les mécanismes en jeux et de mieux appréhender le rôle de l’écorce les chercheurs des laboratoires Ecofog (CNRS/AgroParistech/Cirad/INRA/Université de Guyane/Université des Antilles) et LMGC (Université de Montpellier/CNRS) ont cultivé des plantes tropicales en les inclinant à l’aide tuteurs. Bruno Clair, Directeur de Recherche à l’UMR EcoFoG explique, dans une interview du 8 Août à Libération : « toute cette période de croissance, l’arbre fabrique du bois et de l’écorce nouvelle et essaie de se redresser. Lorsqu’on enlève le tuteur, toute l’énergie accumulée se libère et l’arbre se fléchit pour retrouver la verticale. Chez certaines espèces, quand nous avons enlevé l’écorce, cette courbure s’annulait et le tronçon écorcé redevenait droit, preuve que la fléxion de la tige était générée par des forces dans l’écorce et pas dans le bois. ».

Ces observations tendent à démontrer que l’écorce n’est pas qu’un squelette et qu’elle possède un rôle moteur dans le contrôle de la posture verticale des plantes.

B. Clair, B. Ghislain, J. Prunier, R. Lehnebach, J. Beauchêne, T. Almeras (2018) Mechanical contribution of secondary pholem to postural control in trees: tha bark side of the force. New Phytologist, doi: 10.1111/nph.15375, pdf link